Les maisons de ventes, “maillons de la chaîne culturelle”

Posté le par & classé dans Non classé.

Les maisons de ventes ont-elles vocation à devenir des acteurs culturels à part entière, au même titre, par exemple que les musées ? Dans une récent entretien accordé à Art Media Agency, François de Ricqlès, président de Christie’s France, affirme en tout cas que « la politique événementielle » figure au nombre des challenges de la maison pour 2013.

Une démarche dans laquelle de nombreuses maisons de ventes de Paris et de province se sont déjà engagées depuis plusieurs années et qui, semble-t-il, commence à porter ses fruits. « Nous sommes, sans doute, perçus comme un maillon de la chaîne culturelle, mais ce n’est pas à moi de le dire. Peut-être grâce à certaines réussites, par exemple les expositions Michel Tapié ou Hubert de Givenchy. Pour ces événements, on donne aux visiteurs plus à voir qu’à vendre. Et le résultat est aussi beau à voir que dans un musée », explique François de Ricqlès.

Pour tenir leur rang sur la scène culturelle, les maisons de ventes doivent en effet s’inspirer des pratiques des autres acteurs. Fort des moyens qui sont ceux de Christie’s, François de Ricqlès précise : « On s’entoure des meilleures équipes pour mettre en place ces événements. Pour Michel Tapié, la scénographie a été réalisée par Charles Zana. Pour la galerie de Girardon, c’est Hubert de Givenchy lui-même qui a mis en scène sa vision. »

Toutefois, les moyens investis ne sont pas le facteur le plus déterminant. C’est surtout la capacité à entrer en résonnance avec l’actualité qui compte. Un impératif bien respecté par Christie’s : « Nous sommes toujours très attentifs et impliqués dans l’actualité culturelle. » Ainsi,  à l’occasion de la Semaine du Dessin à Paris, la maison de ventes a organisé une vente d’œuvres sur papier modernes ainsi qu’une table ronde intitulée « Dessins : mon musée imaginaire », animée par Martine Kaufmann, chef du service culturel du musée d’Orsay.

Une participation prestigieuse qui met en évidence un autre bienfait de ce type de démarche : celui de favoriser « un vrai dialogue entre les collectionneurs, les mécènes, les maisons de vente et les musées », tout en séduisant les amateurs d’art. Les maisons de ventes qui, partout en France, organisent ou deviennent partenaires d’expositions, de conférences, de visites guidées le constatent toutes : ce type d’événements rencontre un succès croissant auprès du public. Preuve que pour ce dernier, la question ne se pose plus : les maisons de ventes sont bel et bien des acteurs de la vie culturelle nationale et régionale.

Pour aller plus loin : Entretien avec François de Ricqlès, paru in AMA Newseltter n° 85, 18 janvier 2013, et consultable en ligne sur Art Media Agency.

Laisser une réponse

  • (ne sera pas publié)

XHTML: Vous pouvez utiliser ces balises HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Scroll Up